Les musiciens

Martin Kersten

Martin Kersten, saxophones soprano et alto.

Martin Kersten, né le 2 juin 1983, commence le saxophone à l’âge de 15 ans, avec Michel Van Staels. Après trois premières années de cours privés, il s’essaye dans différentes académies bruxelloises (Fabrice Alleman, Philippe Leblanc).

Puis il suit, pendant une année des cours de solfège avec Philippe Preud’Homme et des cours d’histoire du jazz à la maison du jazz de Liège.

Son apprentissage le plus fructueux ce fait cependant avec les Turdus Philomelos, formation de musique festive dont il fait partie depuis 1999. De petites fêtes en plus gros concerts, le groupe fait bon chemin et se produit de plus en plus dans des cadres biens différents les uns des autres... Ils ont joué en Belgique, France, Italie, Allemagne, Hollande et Tchéquie.

En 2003, lors d’un stage de jazz a l’AKDT, Martin rencontre des musiciens qui formeront plus tard les membres du groupe funk-jazz The Peas Project. En peu de temps le jeune groupe se fait remarquer et joue sur des scènes tel que la grand place de Bruxelles lors du jazz marathon, à l’Eden a Charleroi pour l’Audi jazz festival, ou encore L’hippodrome de Lille pour la première partie de Maceo Parker.

En 2007, il entre dans le groupe Muziek de Singe, formation d’inspiration manouche existant depuis déjà quelques années. Depuis ils ont eu l’occasion de jouer dans des lieux très différents tels que le théâtre Molière de Bruxelles ou encore le festival Django a Liberchies.

Aussi membre de l’ASBL Gédéon, il fait partie de l’organisation des quatre éditions du festival de musique le temps des pommes, et il organise également le festival biologique Autour de Sylvius.

Egalement musicien de théâtre, il s’est produit dans "Les deux gredins" de Roald Dahl, "Le Hannock’s cabaret" de Hannock Levin ainsi que dans de nombreuses pièces du spectacle collectif et amateur de Tourinnes-la-Grosse dans le cadre des fêtes de la St Martin.

En fevrier 2010, il sort un second album avec le groupe Turdus Philomelos, "Ici, maintenant, là, pouf !".

A lire aussi dans cette rubrique :